• Il y a 10 ans, le 11 décembre 2004, je l'ai pécho. Enfin.


    3 années qu'on se connaissait. A tergiverser. Je sors avec ton copain, tu sors avec ma copine. Tu m'envoies des sms pour que je te présente des copines quand tu es célibataire. Je te raconte la fin de mon couple. On s'appelle de plus en plus souvent, de plus en plus longtemps, les petits papillons dans le ventre volètent plus que jamais, bordel ça se cogne dans tous les sens là-dedans.
    Et puis je quitte l'autre. Et dès le lendemain, on a rdv. Jean sympa et talons, t-shirt moulant décolleté. Atouts en avant pour conquérir un homme...déjà conquis ^^ Un jean 3 tailles trop grand, un vieux cuir usé, crâne fraîchement rasé, sûr de lui. (enfin en apparence) Après un repas romantique chez... Mac Do, direction le centre ville pour boire un verre. Ca drague sec. (comme s'il en était besoin..!) 8 tonnes de Labello plus tard "pour quand je vais t'embrasser" (non non c'est pas moi), il me raccompagne et sur un air de Garou.. JE l'embrasse. (c'était bien la peine de causer causer hein!)

    10 ans plus tard, des tas de bisous, de disputes, de cochonneries, de larmes, de rires, de câlins, de rouleaux d'essuie-tout plus tard, il s'habille un peu mieux, je m'habille un peu moins moulant. On a au moins 6 tubes de Labello entamés. Maintenant quand on va chez Mac Do on ajoute un Happy Meal à notre commande. Il est mon Zom, mon mari, le Papa de mes enfants.

    10 ans plus tard, des tas de projets encore en tête.

    10 ans plus tard.... Je l'aime.

     

    10 ans...

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Alors oui, Fiona a commandé un tas de trucs roses à paillettes, des trucs de princesse... Appareil photo de princesse, Barbie princesse, "Qui est ce" version princesses, landau pour ses bébés (pas une poussette hein, pour coucher les bébés!), diadèmes de princesse, clavier (pour faire de la musique de princesse évidemment), karaoké de princesse, diadèmes de princesse à décorer, Playmobil... Et j'avoue... je kiffe aussi et je vais bien m'amuser à jouer avec... enfin je veux dire à les ranger!

    Mais moi Petit Papa Noël, j'ai quand même été bien sage aussi (voire plus sage que Fiona hein!) alors j'ai une petite liste à te soumettre aussi!
    - Des journées de 18h et des nuits de 12h (je te laisse faire le calcul, moi j'ai fait Lettres Modernes hein, faut pas trop m'en demander)

    - Des cheveux toujours parfaits (pas gras, bien coiffés, obéissants quoi)

    - Le nez de la Sorcière bien aimée. Histoire de remettre en ordre la maison qui était si nickel hier soir quand je me suis couchée. (oui ici le ménage ça se fait en nocturne, je suis un oiseau de nuit)

    - Le corps de mes 20 ans. Je suis pas emmerdante, je réclame pas celui de Bellucci, juste le mien, en moins gras moins abîmé moins soumis à la pesanteur moins usé

    - Un compte en banque à remplissage automatique. Et avec ça je me débrouillerai pour les chaussures, la lingerie fine, tout ça tout ça

    - Des intestins neufs, des genoux neufs, un dos tout neuf, une thyroïde toute neuve. Echange standard bonjour! Ici madame Tamalou!

    - Du soleil et un minimum de 20° dehors et 25° dans la maison. Toute l'année

     

    MA liste au Père Noël

     

    Et pour l'anecdote je me marre toute seule à voir mon cher et tendre effacer tous les historiques dès qu'il lâche l'ordi. Malheureusement il n'est pas encore au top niveau Internet, et bizarrement ce très cher Facebook me suggère d'acheter des machines à coudre depuis quelques jours... Comme si quelqu'un compulsait frénétiquement les sites de vente de MAC :p Bon ça reste entre nous hein? ^^


    votre commentaire
  •  

    - répéter 72 fois par jour à Jean Paul d'arrêter de manger son t-shirt /ses doigts/son stylo/ses crottes de nez

    - être au fond de la classe et voir tout ce que le prof ne voit pas

    - répéter 357 fois par jour : Jean Paul, tais toi

    - écouter Joe l'enfume inventer pour la cinquième fois de la journée l'excuse la plus longue-abracadabrantesque parce qu'il a oublié ses affaires

    - répéter 8 fois par jour : Nounours, lâche ton anti-virus

    - voir Neuneu répondre au prof en mode premier de la classe puis se retourner pour faire une grimace à son pote. Et là il croise mon regard "Ben bravo". L'air con et les joues rouges, bronche plus. (pendant 2 minutes 30)

    - mourir d'envie de répondre à la place des élèves aux questions de la prof d'anglais. Trop fastoche!

    - voir chaque jour 300 élèves. Les écouter saluer leurs professeurs yeux dans les yeux, à côté de moi. Leurs professeurs mais pas moi. Avoir droit à 2 "bonjour madaaaaaaaaaaame" dans les couloirs de la part des gros malins.

    - savoir que les cinquièmes entre eux me surnomment : gros nichons. Classe.

    - écoutez François Premier se vanter en plein cours que Papa et Maman sont tous les 2 avocats. Ou autre métier longues études/pétés de thunes.

    - répéter 5 fois par jour à Nounours que non, même s'il ne reste QUE onze minutes de cours, il ne remballe pas ses affaires.

    - songer 11 fois par jour à acheter du déodorant à Jean Paul

    - répéter 7 fois par jour minimum : sortez les PC, ouvrez les PC, reprenez la leçon.

    - entendre 32 fois depuis la rentrée : monsieur, je suis en bas de la page, j'écris où??? (ne pas répondre sur la table. Ils en sont capables)

    - répéter 128 fois par jour : Jean Paul, dépêche-toi

    - pénétrer le Saint des Saints : la salle des profs.

    - me retrouver moi aussi à guetter l'heure pendant le cours de techno. (quelle idée d'avoir mis l'horloge au fond de la salle dans notre dos ^^)

    - se voir poser des colles par le prof de maths devant 24 gamins hilares. (vais devenir la reine des pirouettes, à défaut de la reine des maths)

    - être bientôt titulaire d'un doctorat "déchiffrage de pattes de mouches"

    - observer François Premier et Marie Antoinette se vanter de leur 18/20, à grand renfort de psssst/montrage de copie/mimage sur les doigts. Suivi de l'air auto-suffisant "et ouaiiiiiiiiis, j'suis trop bon que veux-tu!"

    - regarder Neuneu observant le plafond durant toute l'interrogation de définitions

    - regarder Neuneu serrer les fesses et tout le reste quand le prof rend les copies

    - être le seul public des blagues et du second degré du prof d'histoire. Trop haute voltige pour les sixièmes, zéro réaction, air hagard

    - apprendre et réapprendre des tas de trucs

    - rêver de récupérer les vieilles cartes de géo abandonnées

    - pouvoir profiter de la bibliothèque

    - retourner manger à la cantine

    - échanger des blagues salaces/perles d'élèves en salle des profs. (sachez que dans la religion musulmane, on égorge le cochon vers la Mecque. Et ouais!)

    - découvrir chaque jour les dessous de Joe l'enfume. Vive le jogging taille basse

    Et... nous ne sommes que le 24 septembre :) J'adoooooore ce job!

     

    Être Assistante de Vie Scolaire dans un collège c'est...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Elle est là. Elle rôde. Parfois elle frappe soudainement, parfois elle s'insinue tout doucement pour mieux t'empoisonner. Elle frappe là où ça lui prend, quand ça lui prend. Pas de discrimination avec elle. Aucune. 

    Je t'ai vue.  Je t'ai portée au plus profond de mes entrailles, quatre fois. Je t'ai embrassée, je t'ai humée, je t'ai caressée, je t'ai bercée. Je t'ai frôlée de si près, chaude comme un torrent de sang, froide comme le sol des toilettes. Je t'ai sentie sur la peau parcheminée d'une vieille femme. Sur la peau douce d'un nouveau-né. 

    Tu reviens souvent. Et puis tu t'éloignes. Combien de temps? Pourquoi te craindre? Tu es la vie avant que d'être ce que tu es, sinistre faucheuse. 

    Alors je ris. Toujours. Fort. C'est mon doigt d'honneur à ton adresse. Un jour tu gagneras et je ne rirai plus, mais en attendant je ris. De tout, et surtout de toi.  Après tout on se connait si bien maintenant... 


    1 commentaire
  • 4 ans...

    4 ans. Il y a 4 ans, tu faisais de moi une mère. Tes joues rondes sous mes bisous, tes grands yeux bleus dans les miens, ta petite main dans la mienne, ta bouche sur mon sein, ton petit corps blotti dans mes bras... Ce petit bout de moi, à moi. Ce petit bout de nous, à nous! Une grossesse idyllique, une arrivée chaotique, des premiers jours angoissants, et puis le retour dans notre cocon, tous les trois. Et du bonheur. Tes sourires, tes gazouillis, tes premiers pas, tes premiers rires, tes premières chutes aussi, beaucoup! Une petite princesse cascadeuse, avec des bosses sous les bouclettes, des croûtes sous les collants à paillettes. Une princesse au caractère de cochon, mais la plus belle, la plus intelligente, la plus rigolote, la plus futée... En toute objectivité!


    Une grande soeur qui a du grandir trop vite, qui sait aussi nous rappeler qu'elle est encore si petite, trop petite. Qui nous fait sa crise d'adolescence, avant de venir se lover contre nous comme notre tout petit bébé... Qui nous dit qu'elle veut changer de parents, puis qu'on est trop jolize. Ma bouille d'ange aux airs de petit démon.


    Mon mini juke box, des années 80 à la BO de la Reine des Neiges. Ma fashion victime, fan de vêtements de bijoux et des chaussures de Maman. Petite dictatrice qui mène son chien à la baguette. Ma petite gourmande, jamais rassasiée. Petite blagueuse aux expressions loufoques. Tu t'fous d'mon doigt?

    Une starlette, une chipie, une punaise, une princesse, une sorcière, une mademoiselle je-sais-tout, une petite bulle devenue grande...

    Un rayon de soleil. Ma fille.

    Joyeux anniversaire ma Fiona. Je suis si fière de toi <3

     

     


    1 commentaire
  • Elle qui a été ma nounou

    Elle qui me mettait du vernis transparent et du rose à lèvres, tous les ans, pour mon gala de danse

    Elle qui avait perdu sa tortue, que j'ai retrouvée, sur laquelle j'ai sauté dessus de bonheur, sauf que c'était une fourmilière, que j'ai été dévorée par les fourmis, et elle qui a soigné mes piqûres à coup de... vinaigre. Aïe, erreur de traitement!

    Elle chez qui j'ai appris à marcher, entre les 4 chaises de sa cuisine, "mon parc"

    Elle chez qui j'ai renversé toute la cafetière de café, toujours rangée là en bas à gauche, dans son vieux buffet

    Elle qui faisait la meilleure tarte aux pommes du monde, des bonnes crêpes aux pommes, de merveilleuses petites patates rôties

    Elle chez qui j'allais tous les étés en vacances

    Elle qui m'a offert une belle chemise de nuit Titi un jour que j'étais clouée sur mes toilettes à cause d'une gastro virulente, au lieu de pouvoir lui rendre visite

    Elle qui me faisait des jolies nattes africaines

    Elle qui avait promis qu'elle ne mourrait pas avant mon mariage. Moi qui lui avais dit qu'alors je ne me marierai jamais. Elle qui a tenu sa promesse, même si elle était déjà trop malade pour être présente

    Elle qui est venue nous réveiller un matin pour nous annoncer la naissance de notre petite soeur

    Elle qui te disait "Tateu!"

    Elle qui rendait visite à ses amies, parfois ennuyeuses, mais une qui faisait une tarte aux abricots à tomber

    Elle qui était si coquette

    Elle qui venait en vacances à la maison, et me rendait heureuse en venant me chercher à l'école

    Elle qui a dit au revoir à sa chienne au bas de nos escaliers

    Elle qui bien plus tard, a eu bien du mal à redescendre nos escaliers, après avoir visité notre nouvelle maison, et nous a bien fait rire

    Elle qui trouvait que Emilie de la Star'Ac était une sacrée pimbêche

    Elle chez qui je regardais Intervilles, Questions pour un Champion

    Elle qui lisait des tonnes d'Harlequin et me les donnais pour que je me fasse un peu d'argent en les revendant

    Elle qui voulait toujours nous prendre en photo façon "pose naturelle"

    Elle qui a traité mon mari de grand con parce qu'il avait eu l'audace d'enlever l'opercule de la boîte de café instantané

    Elle qui entretenait son beau jardin

    Elle qui nous préparait la meilleure sauce tomate, les meilleurs bocaux de cornichons

    Elle qui nous parlait des boches, qu'étaient pas si méchants, mais qu'il fallait se méfier des américains qui suivaient les jeunes filles à vélo

    Elle qui avait si mauvais caractère

    Elle qui s'habillait toujours sobrement, parce qu'elle était une veuve. Toujours

    Elle qui m'avait donné son pendentif

    Elle qui n'aimait que son vieux téléphone, sur lequel on tournait la roue pour composer les numéros, et qui avait un deuxième combiné pour la deuxième oreille ;)

    Elle qui était un peu sourde d'une oreille mais ne l'aurait jamais avoué

    Elle qui glissait parfois un petit chèque quand c'était trop tendu

    Elle qui avait toujours tous les effets secondaires écrits sur la notice de ses médicaments. A prendre à heures très précises évidemment

    Elle qui aimait le nougat

    Elle qui sentait toujours bon la crème Nivea

    Elle que j'ai vu si belle, et si heureuse, ma fille dans les bras

    Elle à qui je racontais encore des bêtises, la dernière fois, en lui serrant la main, en retenant mes larmes....

    Elle qui repose désormais auprès de son mari, et de mon fils...

    Elle... je peux en parler des heures... je peux penser à elle des heures... elle me manque toujours autant... et aujourd'hui, j'aurais aimé embrasser tes deux joues pour ton anniversaire. T'embêter un peu, te faire rire, avec ma Fiona, qui pense toujours à sa Grande-Mamie des Etoiles... Joyeux anniversaire ma petite Mamie <3

     


    votre commentaire
  • Aujourd'hui c'est ma fête à ce qu'il parait.

    Un jour où pour la première fois ta soeur m'a offert un cadeau.

    Un jour où pour la première année, je suis deux fois maman.

    Un jour de plus où si je veux être auprès de toi, je dois aller au cimetière.

    Un jour de plus où tu ne vis que dans mon coeur, où je ne te caresse que ton pendentif, où je ne vois qu'un dessin sur mon épaule, où je n'embrasse que ta photo, où je ne te sens que dans la chaleur d'un rayon de soleil.

    Un jour de plus où je suis heureuse d'avoir ma fille, effondrée de ne plus avoir mon fils.

    Un jour où je pense au bébé qui peut-être un jour viendra se nicher dans ce ventre trop vide. Peut-être ce bébé que ta soeur a dessiné dans mon ventre, sur la carte qu'elle m'a offerte ce matin. Ce ventre qui pour l'instant t'appartient encore. Là, en bas à droite. TA place.

     

     

     

     

    Moi, pour la fête des Mamans, je voudrais juste ne plus jamais avoir à pleurer un enfant.

     


    4 commentaires
  • ... une tatouée! Enfin, j'ai franchi le pas. Depuis mon adolescence, j'avais envie de me faire tatouer. Tu sais, à cet âge où t'as envie de t'encrer un bon gros tribal au creux des reins. J'ai réfléchi, longtemps. Où? Quoi? Je n'étais pas sûre, alors j'attendais. Envie d'un tatouage pour le Zhom. Mais avec une signification que je serai seule à connaître. Envie d'un tatouage pour Fiona. Mais quelque chose d'imagé, pas envie de me faire tatouer son prénom. Envie d'un tatouage pour mes Anges... Mais pas des étoiles ou un ange, encore une fois, je voulais quelque chose de plus personnel. Et puis un jour, un signe, et j'ai su. Le dessin, l'emplacement, tout était limpide. J'étais décidée, pour de bon.


    Comme je suis souvent enceinte ces dernières années, il fallait trouver le bon moment! Heureusement une bonne âme a eu la gentillesse de me céder son rdv, pour que je n'attende pas 8 mois, et c'est ainsi que ce lundi 5 mai, enfin, je me suis faite tatouer.

    J'y allais rassurée et détendue, pas d'appréhension. J'ai déjà connu la pire des douleurs, cette aiguille ne me faisait pas peur. Et effectivement, comme j'ai répondu au tatoueur qui me demandait si ça allait, j'avais l'impression "de me faire griffouiller par mon chat"! A quelques endroits ça chauffait un peu plus mais si on ne se concentre pas sur la douleur, c'est tout à fait supportable. Et après, la sensation d'avoir pris un bon coup de soleil!

    Donc voilà, depuis lundi, je le bichonne, je le crème, je l'admire, je l'aime d'amour. Et je suis fière d'avoir mes Anges dans la peau ♥ Et je suis devenue addict à la douce morsure des aiguilles! :)

     

    Une vraie, une dure...


    1 commentaire
  • Bon les copines, suis dégoûtée, j'ai commencé cet article en novembre... je l'avais laissé dans un coin et voilà que je me fais voler la vedette. Du coup je publie quand même mais forcément ça a un goût de réchauffé :p

    Donc vous avez certainement entendu parler de ce fameux point du mari qui défraie la chronique. Qui consiste à recoudre une épisio en ajoutant un petit point de suture superflu, pour re-serrer le tout et faire plaisir à môôôssieur.

    Rien que ce nom... point du mari...! Merde je suis pas une poupée gonflable!

    Certains médecins (ou sages-FEMMES..!) l'imposent à leurs patientes, d'autres posent la question mais à un moment où vannée par l'accouchement et sur un nuage d'hormones on peut dire oui à n'importe quoi pour qu'on nous foute la paix. Mais certaines se posent la question avant même l'accouchement, de se faire "faire le point du mari" comme si elles voulaient essayer un nouveau régime à la mode...


    Non mais allo quoi? Retrouver une virginité? Mes ami(e)s, la virginité c'est pas un vagin hypra serré, c'est un hymen... c'est pas au même endroit. (Encore qu'on peut être vierge et avoir un hymen perforé, mais ce n'est pas le sujet du jour ^^ ) C'est même spirituel, en priant très fort tu re-gagnes ta virginité, trop facile.

    Le point du mari

    Alors pourquoi s'infliger une telle torture? On se bat contre l'excision et on mutile encore des femmes? Oui, une torture, une mutilation, parce que s'il n'y a pas ce "point superflu" monté en série, c'est pas pour rien... Des femmes se retrouvent donc avec des douleurs atroces, qui ne sont souvent soulagées que par un nouvel accouchement... Ou comment prier pour être déchirée/découpée et enfin bien recousue...


    A quand le "point de l'épouse"? Circoncision obligatoire (ouais parce que le beurre dans le col roulé c'est dégueulasse :p ) et une tige dans le zboub histoire d'être toujours raide?

    On lutte contre les tortures faites aux femmes, contre l'excision, et tranquillement au chaud dans nos foyers on envisage "le point du mari"??

    Comme si on ne subissait déjà pas assez de barbarie au cours d'un accouchement (ça aussi c'est un autre sujet ^^ ), on en rajoute une couche!

    Donc pour moi le point du mari? Poing dans ta face oui!


    votre commentaire
  • Il y a d'abord eu ce moment où, stupéfaite, choquée, léthargique, je n'ai pas réagi. Je n'ai pas compris. C'était douloureux oui, mais j'étais dans le brouillard, déconnectée, tout me parvenait comme assourdi, loin, irréel. Mes dernières forces, je les avais épuisées en te mettant au monde, en t'expulsant et en criant tout mon désespoir de te sentir me quitter pour toujours. Je n'avais même plus la force de souffrir... Alors je suis restée dans ma bulle. Parce que c'était trop dur à affronter, parce que si j'étais restée le personnage principal de cette histoire mon cœur aurait lâché... J'ai pleuré, parce que cette histoire était trop triste. Mais ça n'était pas à moi, pas à nous que ça arrivait!

    Il y a eu ce matin. Je me suis réveillée, j'avais mal dans mon corps, et j'ai réalisé que j'allais quitter cette maternité, le ventre vide, les bras vides. Nos routes se séparaient. 3 jours après t'avoir arraché à mon ventre, je devais te laisser là, rentrer dans notre maison, sans toi. Affronter ce nouveau quotidien. Expliquer à ta grande sœur. Affronter les regards, les interrogations. Préparer tes funérailles.

    Il y a eu 15 jours. J'ai pleuré en t'embrassant une dernière fois, j'ai pleuré en te disant adieu, j'ai pleuré devant ce marbre froid, j'ai pleuré en regardant ta photo... Mais j'étais toujours anesthésiée.

    Et il y a eu cette nuit. J'ai réalisé. Je pensais à toi, j'ai versé quelques larmes, et tout à coup, j'ai pris cette vague en pleine figure. Je t'avais perdu, pour toujours. J'ai sangloté, hurlé, suffoqué, me suis tordue de douleur. J'avais l'impression qu'on m'arrachait le cœur, j'aurais voulu vomir tout ce que j'avais à l'intérieur, qui me faisait tout à coup si mal. Pour la première fois de ma vie, j'ai cru mourir de douleur.

    Depuis, le manque de toi grandit chaque jour. Je continue de vivre parce que je n'ai pas le choix, parce que je te le dois. Mais j'ai toujours cette impression au creux de moi, cette nausée, cette sensation qu'on essaye d'arracher mon cœur.Le cœur au bord des lèvres, je sais désormais ce que ça veut vraiment dire...

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires